Accueil Mots-clés Messages avec mots-clés "Grand-Angle"

Grand-Angle

Sigma 10-20mm 1:4-5.6 EX DC HSM

L’objectif Sigma 10-20 mm F4-5.6 EX DC HSM est un classique des objectifs très grand-angle que j’ai le plaisir d’utiliser. Il fait partie des grands-angles les plus populaires. Il a rencontré un gros succès commercial depuis sa commercialisation en 2005, se décline en de nombreuses versions pour les réflex au format APS-C : Canon, Nikon, Sigma, Sony (Minolta) et Pentax. Son prix est également un atout, il oscille entre 450 et 500 euros. Il pèse 470 grammes, est livré avec un pare-soleil et un étui de rangement de qualité. Sa mise au point se réalise dès 24 cm de distance. En 10 mm, son angle de vue est de presque 110 degrés.

Le but de cet article n’est pas de vous faire un test très détaillé de l’objectif car depuis le temps qu’il existe ces tests sont déjà fort nombreux et bien réalisés (voir quelques liens en fin d’article). Je vais plutôt vous résumer ces tests ainsi que vous partager ma propre expérience.

Etant déjà très satisfait par un objectif de la même marque (le remarquable 50mm F1,4 EX DG HSM que j’utilise pour mes portraits), c’est avec confiance que je me suis tourné vers Sigma pour choisir mon premier très grand-angle. Le fait que sa plage soit comprise entre 10-20mm est également un atout important pour mon usage car cela m’évite de devoir changer d’objectif lors de mes reportages immobiliers.

Avant de l’acheter, j’ai lu plusieurs tests détaillés et visionné de nombreuses photos réalisé par l’objectif. J’ai aussi d’ailleurs pas mal hésité avec son grand frère le Sigma 10-20mm F3.5 EX DC HSM. Ce grand frère à l’avantage technique d’avoir une meilleure ouverture et surtout une ouverture constante entre 10-20mm. Mais en comparant ces 2 objectifs – toujours d’après les tests publiés sur le net – mon choix s’est malgré tout porté vers le Sigma 10-20 mm F4-5.6 EX DC HSM pour les 2 raisons suivantes : (1) la meilleure ouverture du F3.5 m’importait finalement peu car je prends principalement mes photos sur trépied avec une ouverture plus petite afin d’avoir une plus grande profondeur de champs (pour des sujets nets de près comme de loin) et (2) d’après plusieurs tests les comparants, ce n’était pas très évidents de déterminer lequel des deux avait globalement le moins de défauts optiques (netteté, distorsion, vignette, aberration chromatique) et les avis ont même tendance à dire que le  F4-5.6 serait dans l’ensemble un peu plus net et présenterait un peu moins d’aberration chromatique que le F3.5.  En finalité, par rapport à mon utilisation, j’ai donc opté pour le F4-5.6, épargnant aussi par la même occasion environ 150 euros.

On notera aussi une différence technique étonnante pour les moutures Pentax et Sony : l’objectif pour ces deux marques n’est pas HSM (HyperSonic Motor), c’est-à-dire qu’il est moins rapide et moins silencieux lors de la mise au point autofocus. Je possède justement un reflex Pentax (K-5) et dans la pratique cela ne m’a pas dérangé, surtout pour l’utilisation en immobilier ou paysage, la mise au point reste suffisament rapide et silencieuse. Je reste cependant curieux d’obtenir l’explication de cette différence, d’autant plus que l’autre objectif Sigma que j’utilise sur le même boitier Pentax a bien cette fameuse caractéristique HSM.

Personnellement, j’utilise souvent cet objectif en mode ouverture bloqué sur F8. Il y a quand même pas mal de vignettage (les coins de l’image sont plus sombres) mais ce phénomène est présent sur tous les objectifs très grands-angles et heureusement se corrige facilement via logiciel, surtout si l’on a DxO ViewPoint ou DxO Optics Pro et qu’on travaille en plus au format RAW.

Quelques exemples de notes et distinctions obtenues par les tests des critiques et des acheteurs :

  • Dpreview.com : objectif recommandé avec 8/10 (2009)
  • Réponses photo magazine : top achat en 2006 (n°171)
  • Avis général des acheteurs  sur Amazon.com : 4,5/5 sur 595 évaluations de clients (août 2015)
  • American Photo : choix de l’éditeur en 2010
  • Avis général des acheteurs sur bhphotovideo.com : 4,5/5 sur 289 évaluations de clients (août 2015)

D’après les différents tests, on peut conclure que les avantages de cet objectif sont principalement:

  • Sa qualité de construction impressionnante
  • Il présente très très peu d’aberration chromatique
  • C’est l’un des plus grand angle de sa catégorie
  • Il est livré avec son pare-soleil et son étui de rangement
  • Son autofocus est rapide et silencieux (sur HSM)
  • Sa netteté centrale est très bonne
  • Son prix est intéressant

Et ses principaux défauts aussi :

  • Sa netteté est moins impressionnante sur les bords et dans les coins de l’image à grande ouverture. Le résultat optimal de netteté est obtenu dans les plages extrêmes (soit 10 mm soit 20 mm) et avec des ouvertures supérieure à F5.6.
  • Il présente une assez forte distorsion en barillet vers les coins de l’image (2,4%) en très grand-angle à 10 mm de focale. Une distorsion assez complexe qui se transforme en distorsion en coussinet vers les plus longues focales (pic à 1,4% vers 14mm).

Pour résumer, avec ses nombreuses qualités et malgré ses quelques défauts, cet objectif est incontestablement l’un des maîtres-achats de sa catégorie.

Pour terminer, je vous invite à découvrir une série de photos réalisées à l’aide de celui-ci via le lien : 500px.com.

Suggestion de liens pour approfondir le sujet :

Test complet de l’objectif Sigma 10-20 mm F4-5.6 EX DC HSM (en anglais) sur dpreview.com et sur photozone.de

Test comparatif (en anglais) entre le Sigma 10-20 mm F4-5.6 EX DC HSM et le Sigma 10-20mm F3.5 EX DC HSM et d’autres informations également ici (toujours en anglais)

Caractéristiques de l’objectif sur le site de Sigma.

Liens vers Amazon.fr en fonction de votre boitier reflex :

Monture et prix pour 1. Canon / 2. Nikon / 3.Sony / 4. Pentax / 5. Sigma

Réaliser une photographie grand-angle avec son iPhone

Lorsque l’on est sans son équipement photographique et que l’on souhaite immortaliser une scène, notre iPhone peut alors devenir notre meilleur allié. Mais avec son angle de vue limité, il est difficile de capturer l’ensemble d’une scène lorsque l’on manque de recul pour la photographier. Plusieurs solutions coexistent cependant pour y remédier. Il existe aussi bien des réponses logicielles que matérielles. J’ai testé les plus courantes d’entre elles afin de trouver avec laquelle on peut obtenir le meilleur résultat et si cela vaut vraiment la peine d’investir dans du matériel supplémentaire pour son iPhone.

Pour réaliser ce test, je me suis mis volontairement dans une situation difficile. J’ai choisi une scène intérieure avec de nombreuses lignes verticales, horizontales et obliques qui feront ressortir un maximum les défauts. De plus, la scène comprend une grande fenêtre lumineuse du coté droit qui pose également un problème de contre-jour. Qui peut le plus peut le moins.

A ma disposition : un iPhone 4S (IOS 7.1.1) avec son application appareil photo d’origine, le logiciel AutoStitch Panorama 6.1 (avec réglage des paramètres de calcul les plus précis) qui est l’une des rares applications à pouvoir assembler plusieurs photos aussi bien horizontalement que verticalement, le logiciel Wide Angle Len Camera 2.4 fonctionnant sur le même principe qu’AutoStitch et le matériel olloclip iPhone 4/4s 3-en-1 lens qui est l’un des objectifs les plus vendus s’adaptant rapidement sur l’iPhone (1 objectif macro + 1 grand-angle + 1 fish eye).

Les différents tests réalisés avec l’iPhone sont :

  1. Prise d’une photo grand-angle avec le logiciel AutoStitch
  2. Prise d’une photo grand-angle avec le logiciel AutoStitch + objectif grand-angle olloclip
  3. Prise d’une photo grand-angle avec le logiciel Wide Angle Len Camera
  4. Prise d’un photo en mode panoramique (avec l’application appareil photo fournie avec l’IOS).
  5. Prise d’un photo en mode panoramique + objectif grand-angle olloclip
  6. Prise d’un photo en mode normal + objectif grand-angle olloclip
  7. Prise d’un photo en mode normal + objectif fisheye olloclip

Les différentes photos ainsi obtenues ont toutes été recadrées au format 10×15 et légèrement retravaillées (luminosité, contraste…) afin de pouvoir être plus facilement comparées entre elles.

Notre point de comparaison de référence est la photo suivante, réalisée dans des conditions identiques (au même moment, sans trépied, ni HDR) avec un reflex muni d’un capteur de type APS-C et un objectif grand-angle de 10 mm.

grand-angle-iphone-reference-apsc-10mm

 

1) Prise d’une photo grand-angle avec le logiciel AutoStitch

grand-angle-iphone-Autostitch

Aucun problème pour couvrir le même angle de vue avec AutoStitch, il suffit de prendre de bon nombre de photos, ici 4 photos pour le haut et 4 photos pour le bas. Certaines zones sont floues et certains raccords de photos restent visibles mais cela reste très correct pour une simple application iPhone. Sur un paysage naturel, ces défauts seront beaucoup moins visibles.

2) Prise d’une photo grand-angle avec le logiciel AutoStitch + objectif grand-angle olloclip

grand-angle-iphone-Autostitch-olloclip-grand-angle

En testant l’objectif grand-angle olloclip avec le programme AutoStitch J’avais imaginé obtenir un résultat un peu meilleur puisqu’avec moins de raccords entre les photos. C’était sans compter sur la plus grande déformation des cotés engendrée par l’objectif qui va avoir tendance à donner une plus grande déformation globale à la photo grand-angle assemblée. Le résultat n’est donc pas particulièrement concluant.

3) Prise d’une photo grand-angle avec le logiciel Wide Angle Len Camera

grand-angle-iphone-Wide-Angle-Len-Camera

Malgré le titre fort prometteur de l’application, le résultat n’est pas du tout à la hauteur de mes espérances, les raccords entre photos sont parfois catastrophiques.

4) Prise d’un photo en mode panoramique (avec l’application appareil photo fournie avec l’IOS)

grand-angle-iphone-panoramique

Même si l’on balaye la scène en tenant son iPhone à la verticale, le résultat est un peu moins grand-angle (moins de sol, moins de plafond et un peu moins de radiateur sur la gauche) mais les raccords entre photos sont très bons. Astuce : il n’est pas obligatoire de faire le panorama sur 180°, on peut l’interrompre à tout moment de la prise de vue en appuyant à nouveau sur le déclencheur.

5) Prise d’un photo en mode panoramique + objectif grand-angle olloclip

grand-angle-iphone-olloclip-panoramique-grand-angle

Grâce à l’objectif grand-angle olloclip, la photo panoramique devient évidemment plus grand-angle que sans. Les raccords entre photos sont cependant un peu moins bons vu la déformation de l’objectif mais cela reste nettement plus acceptable que lorsqu’on utilisait Autostitch avec le même objectif.

6) Prise d’un photo en mode normal + objectif grand-angle olloclip

grand-angle-iphone-olloclip-grand-angle

L’objectif grand-angle d’olloclip n’est pas aussi grand-angle que notre image de référence. La déformation est assez importante mais pourrait se corriger en bonne partie avec un logiciel (notamment par celui élaboré par olloclip si celui-ci ne se plantait pas systématiquement, version 2.1 non mise à jour depuis longtemps). L’image perd aussi pas mal de sa netteté sur les bords.

7) Prise d’un photo en mode normal + objectif fisheye olloclip

grand-angle-iphone-olloclip-fisheye

Entre un fish eye et un très grand-angle, le fisheye d’olloclip est un gadget assez amusant mais qui introduit dans la photo pas mal de déformations et de flou sur les cotés.

CONCLUSIONS PERSONNELLES:

Chacun pourra tirer ses propres conclusions à partir de ces différentes photos en fonction de son usage et de ses goûts. Personnellement, j’aime bien utiliser le simple mode panoramique de l’iPhone : même si son grand-angle est moins large que notre photo de référence, les raccords sont les meilleurs, la netteté reste intacte et il y très peu de déformation. De plus c’est la méthode dont la prise de vue est réalisée la plus rapidement (lancement de l’application, temps de calcul, retouche, pas d’accessoire à monter) et ne nécessite aucun achat particulier. Pas de risque également d’oublier son accessoire olloclip que l’on ne baladera d’ailleurs pas toujours avec soi.

Voici un autre exemple de la méthode panoramique iPhone (6) recadrée au format 10x15 (via Photo dans l'iPhone) mais prise en extérieur.

Voici autre exemple de la méthode panoramique iPhone (6) recadrée au format 10×15 (via Photo dans l’iPhone) mais prise en extérieur.

Lien vers le site d’olloclip. Lien vers le l’application AutoStitch

objectif grand-angle conseils artistiques

4 premiers conseils artistiques pour réussir une photographie grand-angle.

Ces conseils ne sont bien entendu pas absolus car il n’existe aucunes règles indispensables en matière artistique mais ils peuvent certainement vous aider à obtenir de bons résultats.

  1. Soignez votre avant plan tout autant que votre arrière plan : le premier plan sert souvent d’accroche pour l’oeil. Sans un avant plan intéressant, votre photo retiendra moins facilement l’attention du spectateur qui ira moins volontiers examiner l’arrière-plan de votre scène. Difficile également de composer votre photo artistique au grand-angle sans cet effet grandiose que l’objectif vous procure avec un avant plan suffisamment proche.

  2. Laissez certaines lignes de forces guider le regard : favorisez les lignes courbes ou diagonales afin de guider le regard du spectateur jusqu’à un sujet particulier de la scène. Laissez les lignes verticales ou horizontales au profit de l’encadrement de la photo. Avec la déformation spécifique du grand-angle sur vos sujets proches, vous obtiendrez plus facilement ces lignes courbes qui vous guideront jusqu’à ce sujet.

  3. Prenez de la hauteur ou descendez jusqu’au niveau du sol : photographier votre sujet de plus haut ou de plus bas, voire carrément au niveau du sol, est un effet saisissant avec un grand-angle, une façon de faire des clichés qui sortent du lot.

  4. Effectuez des retouches et appliquez des filtres numériques en post-traitement : finalisez votre cliché à l’aide de logiciels tel que Lightroom, Aperture ou DxO Optics Pro.

A lire également :  Astuces techniques pour une photo grand-angle réussie

objectif grand-angle conseils techniques

7 premiers conseils techniques pour réussir une photographie grand-angle.

  1. Evitez les déformations : plus l’appareil photo est incliné vers le haut ou vers le bas, plus les déformations sont importantes. Si vous ne souhaitez pas favoriser les déformations, positionnez bien votre appareil photo sur un axe le plus horizontal possible. En effet, l’utilisation de focales très courtes nécessaire pour capturer l’ensemble des sujets avec un faible recul, va augmenter le risque de rendre les lignes de fuite disgracieuses.
  2. Privilégiez une faible ouverture : plus l’ouverture sera petite (c’est à dire un « f » élevé affiché sur votre appareil étant donné le rapport « 1/f ») et meilleure (plus grande) sera votre profondeur de champ. Une profondeur de champ plus grande vous permet d’obtenir une meilleure netteté des sujets proches et éloignés.
  3. Réalisez une mise au point idéale : il existe une distance de mise au point spéciale qui permet d’avoir la plus grande zone de netteté possible, c’est ce qu’on appelle l’hyperfocale. L’idée est d’avoir votre image nette le plus près de vous et jusqu’à l’infini. Déterminer l’hyperfocale de son objectif est très technique.  Pour un objectif grand-angle de 10 mm sur une capteur numérique APS-C, l’hyperfocale est à 31 cm en fermant à f/16 et vous obtiendrez une image nette de 27 cm à l’infini. Avec un 18 mm, toujours fermé à f/16, il vous faut faire la mise au point à 1 m 25 de façon à avoir l’image nette de 77 cm à l’infini. Utiliser ce principe vous permet de mettre en valeur votre premier-plan comme sans risquer d’avoir l’arrière-plan flou.
  4. Travaillez avec la sensibilité ISO la plus basse : même si la lumière est faible, cela vous permettra d’éviter d’avoir du grain et de gagner en netteté à l’image à condition de ne pas bouger.
  5. Utilisez un trépied : travailler avec une faible ouverture et une faible sensibilité ISO nécessite un temps de pause plus long. Afin d’éviter les flous en bougeant durant le temps de pause, il est vivement recommandé de travailler sur trépied.
  6. Capturez le maximum de détails dans le contrastes extrêmes : travaillez de préférence avec le format d’enregistrement RAW, voire avec la technique de capture HDR si nécessaire.
  7. Corrigez les éventuelles déformations géométriques en post-traitement : avec un logiciel spécialement adapté aux objectifs grands-angles, tel que par exemple DxO ViewPoint (voir notre article « Corriger la distorsion optique, la déformation de volume et la perspective de sa photographie grand-angle« ).

A lire également :  Astuces artistiques pour une photo grand-angle réussie

 

objectif grand-angle

Un objectif est dit « grand-angle » à partir du moment où il couvre une zone plus large que ce que nous voyons avec un œil humain qui regarderait droit devant lui de manière immobile.

Notre oeil a un angle de perception d’environ 60 degrés (avec un angle de vision pouvant atteindre 180 degrés mais ne percevant plus les détails) et c’est donc l’objectif d’une longueur focale de 43 mm (sur un boitier argentique 24x36mm ou numérique muni d’un capteur full frame) qui traduit au mieux notre angle de vision naturel. 

Plus la longueur focale d’un objectif est courte, plus son angle de champs est grand. Mais attention, l’angle de champs dépend aussi de la taille du capteur dont est muni un boitier. Il existe un rapport d’environ 1,5 (1,6 pour Canon) entre les boitier argentiques de 24x36mm (ou full frame) et les boitier au format APS-C qui équipent les plus souvent nos reflex numériques. Par exemple, un appareil photo numérique APS-C équipé d’un objectif de 28 mm de focale cadrera exactement comme un 43 mm (28 mm x 1,5) monté sur boitier argentique ou full frame.

On classe généralement les objectifs grands-angles en 3 catégories :

  1. Les grands-angles classiques : de 28 mm à 43 mm (18 – 28 en APS-C)
  2. Les très grands-angles : de 24 mm à 28 mm (16 – 18 en APS-C)
  3. Les super ou ultra grands-angles : de 12 mm et 24 mm (8 – 16 en APS-C)

Sur ce blog, ce sont les objectifs très grands-angles et super grands-angles qui attireront le plus souvent notre attention.

En bref, les grands-angles élargissent notre champ de vision et nous permettent de photographier aussi bien des paysages que des scènes même lorsque l’on n’a pas beaucoup de recul.

Mais pourquoi un super grand-angle donne-il une image dans lesquelles les sujets situés en périphérie de l’image paraissent allongés vers l’extérieur de la photo, alors qu’au centre, les proportions largeur/hauteur sont maintenues?

Il ne s’agit principalement pas d’un défaut d’optique mais d’une conséquence de règles de géométrie : en étant très près du sujet, l’objectif grand-angle photographie de face les objets situés au centre de la photo et de profil ceux situés en périphérie. Lorsqu’on regarde le résultat de la prise de vue sous un angle plus fermé, on s’attend à voir tous des sujets photographiés de face et on est donc surpris par les déformations de certains sujets qui ont été photographiés de profil.

Un super grand-angle permet de se rapprocher de son sujet tout en conservant une vue générale de son environnement. Si la taille et la distance entre des objets proches et lointains vous paraît donc exagérée, c’est uniquement à cause de la perspective modifiée par le seul fait que le photographe s’approche du sujet. Ce n’est donc pas à cause de l’objectif. Les objets proches semblent énormes tandis que ceux éloignés paraissent minuscules car ils représentent une part moins importante de l’angle de vue total.

Quels sont les défauts optiques les plus souvent rencontrés sur les objectifs grands-angles?

  1. Distorsion en barillet : les lignes droites du sujet photographié apparaissent incurvées vers l’extérieur.
  2. Vignettage : les bords de l’image sont plus sombres que le centre.
  3. Aberrations de sphéricité : difficulté d’avoir une image nette à la fois au centre et sur les bords de l’image.

Exemple de photographies grands-angles comparant une scène intérieure et une scène extérieure, avec des focales comprises entre 10 mm et 20 mm (reflex avec capteur APS-C).

comparatif-focale-10mm-a-20mm-APSC-immobilier-paysage

A lire également autour du même sujet : Corriger la distorsion optique, la déformation de volume et la perspective de sa photographie grand-angle

RESTEZ CONNECTE